Ongles

Comment prendre soin de ses ongles après une dépose de gel

30 mars 2017

J’ai l’impression que la plupart des personnes qui me connaissent aujourd’hui m’ont quasiment toujours connue avec des ongles en gel. Sur 25 ans, j’ai passé 10 ans de ma vie avec des ongles en gel, que j’ai fait poser pour la première fois à mes 15 ans. Enfin, la première année c’était des ongles en résine. Cependant, j’avais quelques décollements donc j’ai changé de prothésiste ongulaire et je suis passée au gel. Je sais que certaines personnes ont recours aux ongles en gel parce qu’elles mangent leurs ongles ou que ceux-ci sont trop fragiles et cassants. Ce n’était pas du tout mon cas. Je n’ai jamais mangé mes ongles et j’ai plutôt de la chance car ils ont toujours été solides. Si j’ai décidé d’avoir recours aux ongles en gel, c’est parce que j’ai une véritable obsession pour les ongles. Sur les autres ça ne me dérange pas mais sur moi, je déteste que mes ongles ne soient pas faits. Je trouve ça super important d’avoir de jolies mains et, pour moi, ça passe obligatoirement par de jolis ongles. A l’époque (avant le gel et la résine), ce que je préférais, c’était les french manucures du coup tous les 2 ou 3 jours, je refaisais la mienne afin que mes ongles soient toujours parfaits. Le problème c’est que c’était évidemment très contraignant et ça me prenait beaucoup de temps. Voilà pourquoi je suis passée au gel, parce que ça me permettait d’avoir de beaux ongles, parfaitement manucurés pendant plusieurs semaines.

Petite nostalgie de mes ongles en gel 

J’ai adoré porter du gel. Je n’ai jamais eu de soucis, ça m’est arrivé tellement rarement de me casser un ongle en gel que je ne m’en souviens même pas, à part une fois (où pour le coup j’avais eu bien mal). Il est souvent recommandé d’attendre 3 à 4 semaines avant de faire un remplissage (comprenez refaire ses ongles) mais j’espacais mes rdv de 5 semaines et parfois plus (j’ai déjà fait 7 semaines car j’étais en vacances). Je limais simplement mes ongles pour qu’ils ne soient pas trop trop longs et j’appliquais du vernis par dessus le gel. D’ailleurs, si vous ne le savez pas, un des grands avantages du gel c’est que si vous voulez changer la couleur de vos ongles vous pouvez appliquer du vernis normal par dessus et celui-ci tiendra pendant des semaines ! Bref, j’adore à peu près tout dans les ongles en gel. Je trouve ça surtout pratique mais aussi joli. Je me permets de rajouter : quand c’est bien fait, c’est-à-dire bien fini et pas trop épais. Au bout de toutes ces années ma prothésiste ongulaire est devenue une copine et c’était toujours un plaisir d’aller à mes rdv ! 🙂 (des gros bisous ma Laureen si tu passes par là <3)

Enfin, je n’écris pas cet article pour vanter les mérites du gel… Depuis janvier, je suis partie étudier en Espagne et je n’avais pas du tout envie de devoir chercher quelqu’un pour faire mes ongles ici. J’ai donc pris la difficile décision d’arrêter le gel. Là vous vous dites, « difficile décision », elle exagère, ce ne sont que des ongles. Mais je vous ai dit que j’étais une obsédée des ongles ! J’ai donc saoulé mon entourage pendant plusieurs semaines en leur disant que je n’allais plus avoir mes beaux ongles. Quand je suis revenue de ma dépose ma mère m’a même demandé si elle devait me prendre un rdv chez la psy… merci maman ! haha

Et pour ne pas me traumatiser davantage, tout le monde me disait « tu vas voir, en enlevant le gel, tes ongles ça va être une catastrophe« , « ils vont tous se casser« … La pharmacienne m’a même dit « quelle bêtise vous avez fait, 10 ans en plus, ne recommencez surtout pas après ! ». J’ai même lu des articles sur internet où les filles disaient que le temps qu’elles préparent leur matériel pour s’occuper de leurs ongles, certains s’étaient déjà cassés… Et je n’avais pas franchement envie qu’il m’arrive la même chose. Il n’y avait que ma prothésiste ongulaire qui me disait de ne pas m’inquiéter, que mes ongles seraient juste un peu mous mais qu’ils ne seraient pas abîmés… et elle avait raison ! A la dépose, j’ai été agréablement surprise ! Mes ongles n’étaient pas abîmés du tout. Ils étaient juste un petit peu mous mais ils étaient bien lisses et bien brillants.

Mes ongles juste après la dépose

J’ai cru que le plus difficile aller être de me réhabituer à l’esthétique des ongles naturels mais en fait pas du tout (même si j’ai l’impression d’avoir les mains nues). Ce qui est difficile ou plutôt étrange les premiers jours, c’est de retrouver des sensations sur le dessus de l’ongle que l’on perd en partie avec les ongles en gel. On sent beaucoup moins le chaud et le froid… Et là, rien que se laver les mains c’est hyper bizarre !

Dans tous les cas, même si mes ongles n’étaient pas abîmés, il n’était pas question de ne pas les entretenir (oui, on arrive enfin au coeur du sujet 😉 ). J’ai donc décidé de faire une cure d’un mois.

L’huile de ricin

Les deux premières semaines, j’ai appliqué quotidiennement de l’huile de ricin sur mes ongles, mes cuticules et la base de mes ongles. Plutôt que de faire des bains d’huile, je l’appliquais en massant et je laissais poser 1 à 2 heures, quand j’étais devant mon ordinateur, en train d’écrire des articles ou de regarder une série. On sent que ça fait vraiment du bien aux ongles. L’huile de ricin est censé les nourrir, les protéger mais également stimuler la pousse. On peut d’ailleurs l’utiliser également sur les cils, sourcils et les cheveux.

Le durcisseur

Après ces 2 semaines de cure à l’huile de ricin, j’ai décidé de passer au durcisseur. Mes ongles avaient déjà redurci un peu mais ils étaient encore un petit peu mous. Après plusieurs heures de recherche sur Internet pour savoir quel était le meilleur durcisseur, j’ai choisi le durcisseur fort pour ongles de Hérôme. A la base, je voulais le Scientifique de Mavala mais celui-ci ne s’appliquant que sur le bout des ongles, j’ai finalement opté pour le Hérôme. Il en existe un plus doux et un « extra fort ». Cependant, j’ai lu plusieurs avis disant que le « extra fort » pouvait faire mal.

Le principe est assez simple. C’est une cure de 14 jours. Le premier jour vous appliquez une couche, le deuxième jour vous appliquez une seconde couche. Le troisième jour vous retirez tout au dissolvant et vous rappliquez une couche. Le quatrième jour, vous appliquez une deuxième couche… et ainsi de suite. Les jours impairs (donc quand il n’y a qu’une couche), je ne sentais rien du tout. Par contre, les jours pairs, j’avoue avoir eu un peu mal. C’est comme si ça me piquait/brûlait sous mon ongle. Et je ne dirais pas que c’est parce que mon ongle était trop fin parce que ça me piquait aussi et surtout à la « racine ». Bon, je vous rassure c’est supportable mais c’est vrai que ce n’est pas très agréable. Ca pique environ 1h à 1h30 et je vous déconseille de passer vos mains à l’eau trop chaude ou trop froide pendant ce temps. Je trouve que c’est pire également quand on « tape » avec le bout de ses doigts un peu trop longtemps. Par exemple, je ne vais pas écrire un article pendant cette période. Une fois, j’ai fait du piano, j’ai bien regretté parce que ça m’a brulé 2 fois plus.

Un autre petit conseil, c’est d’appliquer de l’huile de ricin sur le contour de l’ongle juste avant d’appliquer le durcisseur pour éviter que celui-ci aille sur la peau et ne durcisse et abime la peau autour de l’ongle. Le vernis séchant rapidement, vous pouvez vite vous lavez les mains ensuite et vaquer à vos occupations sans mettre de l’huile partout.

Finalement, cette routine a été très efficace pour prendre soin de mes ongles ! Ils sont beaux, mes cuticules sont entretenues et mes ongles ont vraiment redurci.

Bilan de la dépose, 4 mois après

Mes ongles ont repoussé entièrement. Il reste juste 1 ongle (le 4e sur la photo) qui n’a pas complètement repoussé puisque l’on voit encore une petite trace de la ponceuse qui a servi à retirer le gel. Aujourd’hui, mes ongles sont solides et en parfaite santé. Ils sont un peu jaunis car mon obsession des ongles toujours faits n’est pas parti, je mets donc du vernis 2 fois par semaine et sans base donc il arrive que le pigment accroche un peu… Mais c’est de ma faute ! 🙂

Finalement, je peux vraiment dire que le mythe du gel qui abimerait les ongles, c’est bien un mythe et pas la réalité (à condition, encore une fois, que les poses et déposes d’ongles en gel soient bien faites et d’en prendre soin après la dépose). Le seul moment où ils sont un peu plus cassants, c’est quand l’endroit où on voit la trace de la ponceuse arrive sur le bout de l’ongle (comme sur le 4e ongle de la photo). Sinon, j’arrive à les garder bien longs !

Je sais que cet article ne s’adressera pas à tout le monde car beaucoup ne sont pas concernés par le sujet des ongles en gel mais j’espère que ca aura pu aider les personnes qui se posent des questions 🙂

Des bisous <3 (Et on se retrouve sur Insta, @laparenthesebeaute, si vous voulez suivre notre petit week-end entre filles à Séville qui arrive !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Commenter